x

L'arme secrète des eaux vives

Les X sont redoutables pour les pêches peu profondes, dans le ressac ou le courant, à la volée ou à l'agachon. Leur fût en teck aux lignes symétriques et épurées tout en étant très maniable fournit la rigidité et l'inertie indispensables pour un tir à la fois pénétrant et précis facilité par une ergonomie et une richesse de configurations remarquables.

La X est ainsi un choix idéal pour les pêches de poisson blanc (loup, sparidés, lieu), en Méditerranée, sur la façade Atlantique et la Manche, les longueurs courtes 75 et 90 étant plutôt adaptées à l'indienne, la 105 plutôt à l'agachon de précision.

beam

La maniabilité extrême

Quand l'eau est trouble ou le milieu confiné, que le contact se fait dans un rayon n'excédant pas 3 mètres, une très grande poussée n'est pas nécessaire. Il faut une arme très maniable, précise, silencieuse, facilitant le tir instinctif. La maniabilité latérale extrême de la Beam est obtenue grâce à une géométrie de fût aplatie et une longueur hors-tout réduite grâce au mécanisme inversé et une tête très compacte. La maniabilité à trou est aussi améliorée grâce à une crosse raccourcie et garnie de caoutchouc pour éviter les bruits intempestifs, et le petit moulinet XS caréné dans le fût n'oppose pratiquement aucune résistance en déplacement latéral dans les algues. Le tir instinctif est facilité par l'alignement des sandows avec la flèche et le mécanisme surbaissé. Avec ces caractéristiques, les pêcheurs de la façade atlantique du Portugal à la Normandie mais aussi de méditerranée l'hiver vont trouver dans la Beam l'arme culte pour tirer leur épingle du jeu

Prise du marlin bleu de Guillaume Steers

Le récit de la prise de son marlin bleu de 76 kilos sur DCP en mai 2008 Départ tôt, pour bénéficier d’une mer plate, 2 premiers arrêts pour se chauffer. Les bonites et les petits thons sont de sortie. Troisième arrêt à environ 10-12 milles. Benoit, François et moi nous mettons à l'eau, et Delphine assure (parfaitement, évidemment) le pilotage. Azimuth et Pal avec moulinet pour le “petit” (tout est relatif …), l’autre Azimuth relié au bungee pour le gros : François et moi descendrons chacun notre tour avec ce fusil. La dérive commence, quelques descentes infructueuses, puis les premières bonites accompagnées de petits thons jaunes… Puis, c’est mon tour, au bon moment, j’arrive à les approcher de près sur 18 - 20 mètres : ils paraissent immobiles dans le bleu, et se présentent en rangs serrés. Je choisis le plus gros parmi ceux qui sont à ma portée ; tir dans le mille, plein centre. Le bungee se libère parfaitement ; je contre le démarrage en remontant, mais malgré un bon tir, c’est costaud ces bestioles ! Il sonde et je dois batailler un peu pour le mettre au sec dans le bateau. 4,5 kilos pour mon premier thon; Youpi ! Les 2 autres continuent leur dérive pendant que Delphine me récupère et me replace. Nouvelle dérive, bonites et thons sont là, plus méfiants… Stressés ? Par nous, ou un autre… Francois : “Je suis sûr qu’on va faire un gros”. Moi : “Ouais, ben, je vais déjà essayer de taper un barra”. Je descends, agachon dans le bleu sur une quinzaine de mètres ; pas de signe du barra. Et là, attention, ça va très vite : un éclair bleu monte droit du fond et enchaîne une série de pirouettes quelques mètres au dessus de moi : un marlin, euh, comment dire, légèrement speedé…; curiosité ? Intimidation ?? Parade nuptiale en mon honneur ??? Une dernière “téléportation”, pour reprendre les termes de notre ami Fred lors d'une précédente rencontre (que je comprends mieux maintenant), le place devant moi, il me jette un coup d’œil… Je vois son flanc à ma portée, j’ai le montage qui va bien, tir instinctif : Bingo ! Tout cela a duré environ 5 secondes, et je pense, tout en même temps, en un quart de seconde (en tout, ça fait, 5 un quart, donc) : “Yes, c’est bon, il est traversé…” “Oups ! Grand Bleu avait dit qu’il fallait voir le blanc de l’œil avant de tirer… Dommage… J’ai rien vu de tel … ” “Bon, ben, de toutes façons, c’est fait, alors c’est fait, faut gérer maintenant … ” Je remonte donc tranquillement, en me disant “au boulot !” Les 2 autres s’affairent déjà à éviter que le bungee ne s’accroche dans la bouée. Déjà, la bouée terminale du montage se redresse, on la freine en s'y accrochant. La “speed poche” se tend, 3 mètres de drisse sont libérés d’un coup sec, puis les 50 mètres d’un coup sur un deuxième rush… Tout fonctionne bien… C’est dingue, ça ! Le poisson sonde à la verticale sous nous, on commence à le ramener, centimètre par centimètre. D'abord, la drisse de la “speed poche” (c’est long !); enfin, le bungee apparaît tendu à bloc… Je me demande, comme les autres, si le matériel va tenir avec de telles contraintes : mes nœuds, mes sleeves, mes agrafes, la dyneema de la pointe … Le marlin tire toujours à la verticale, en nous traînant doucement. Benoit qui était remonté sur le bateau pour aider Delphine à piloter se remet à l’eau avec l’appareil photo et commence son reportage. Delphine, gère à merveille le bateau : pas trop loin, mais pas trop près pour éviter la tonne de drisses qui traîne en surface. Tout ça sous un grain monstrueux, qu’elle est la seule à avoir remarqué … (“Ah, si, c’est vrai que la mer semblait un peu plus formée”). Le bungee est ravalé, on attaque la drisse… Ca devient bon, on commence à apercevoir, le poisson qui ondule. Je tente une première tentative pour aller le doubler ; je descends à contre courant, le poisson me fuit et ne me présente que sa queue; déjà 18 mètres; plus le stress… Bref, impossible, je remonte. Le poisson est maintenant plus proche et commence à s’essouffler, j’ai mon Pal en main, je redescends, je prends mon temps, il présente toujours sa queue (en même temps, bizarrement, je préfère ça que son nez…); une ondulation, la pectorale apparaît, un bon tir 3/4 arrière à ce niveau l’achève. François le saisit; on prend quelques photos dans l’eau pour la postérité (en surveillant nos arrières quand même, on ne sait jamais, avec toute cette agitation). Ce petit manège aura quand même duré 1 heure 10. Retour au port, photos et pesée : 75,9 kg. (Presque plus lourd que moi, mais je vais entamer un petit régime pour perdre les 2 kilos que j’ai en trop). On avait eu raison d'en parler la veille, et de mettre le champagne au frais : tout arrive. Et merci à Delphine, Benoit et François, bien sûr !
Tags : , , , , ,

Les référents Teak Sea

Les référents Teak Sea viennent des quatres coins du monde, qu’ils habitent sur un bateau, dans un appartement, ou dans une maison sur pilotis, ils ont tous un point commun : Ils sont mordus de Teak Sea! A ce titre, ils font partie intégrante du développement de la marque, en étant le lien direct entre les clients et nos ateliers. Ils vous conseillent, vous font part de leur expérience, et vous font profiter de leur témoignage.

Nous dressons ici, le tableau d’honneur dédié à nos amis.

Matti Pyykkö


>>sa fiche>>sa galerie

patrick hébert


>>sa fiche>>sa galerie

georges bouvier


>>sa fiche>>sa galerie

françois steers


>>sa fiche>>sa galerie

guillaume steers


>>sa fiche>>sa galerie

anthony piro


>>sa fiche>>sa galerie

thierry ricordeau


>>sa fiche>>sa galerie

guillaume froment


>>sa fiche>>sa galerie

George Balbino


>>sa fiche>>sa galerie

Tags : , , , , ,

L’Azimuth T8 au Vieux Campeur

L’Azimuth T8 a été retravaillé en profondeur pour offrir au chasseur le meilleur compromis maniabilité confort puissance précision, avec une pondération importante sur la puissance et le confort de tir. C’est pourquoi la masse a été accrue de presque 1 kg. En contrepartie la tête a été complètement repensée pour plus de compacité/maniabilité et pour permettre aux sandows de remonter parallèlement au fût et faciliter la visée malgré les 4 sandows de 16mm
Tags : , , , ,

les pubs teak sea

10 ans de Teak Sea en publicités et annonces presses
Tags : , , ,

TEAK SEA
dans One fish

Réalisation : Leonard Snoek (Afrique du Sud) Vidéo en tous points superlative avec pas moins de 4 records du monde filmés! Coté Teak Sea on verra Matti Pyykköo et le champion du monde 2009, Joseba Kerejeta sévir avec un Azimuth 120. Pour commander la Vidéo allez sur www.chasse-sous-marine.com ou www.onefish.co.za
Tags : , , ,

10 ans de teak sea : le concours

A l’occasion des 10 ans de Teak Sea, un concours est organisé avec à la clé une X ou une Pal. Il s’agit du concours du plus beau témoignage de chasse avec un Teak Sea. Seront jugés :

  • Le caractère exceptionnel de la prise ou des circonstances
  • La qualité des photos/ videos
  • La qualité du récit
  • La mise en valeur de l’arbalète Teak Sea. Les témoignages sélectionnés seront

Les témoignages sélectionnés seront publiés sur le site dans la rubrique correspondante.

Les témoignages sont recueillis jusqu’au 1er mai 2011.

Vous pouvez consulter un exemple de témoignage d’exeption ici

Tags : , , , , , ,

karukera
blue tour

Teak-sea > Karukera 2011

Le prochain Karukera Bluewater contest aura lieu le samedi 26 mars 2011 en Guadeloupe.
Comme depuis le début, Teak Sea sponsorisera cette compétition avec un Azimuth T8 pour les vainqueurs. Son organisateur, François Steers, nous présente l’édition 2011 en quelques lignes :

Le Blue water hunting (pour reprendre la définiton de Ph.Virgili) est un mot américain qui définit un type de pêche sous marine ayant deux caractéristiques :
- Le milieu ou le pêcheur évolue qui est le plus souvent le "grand bleu", c'est à dire situé à distance des côtes, "offshore". Utiliser un bateau est donc incontournable.
- Les espèces chassées qui sont des pélagiques petits ou grands, la plupart de type "tropicaux".

En Guadeloupe, un groupe de passionnés a décidé d'organiser une rencontre afin de promouvoir cette discipline, le Karukera Blue Tour.
Le but étant d'aller à la rencontre des pêcheurs de l'île en changeant de lieu chaque année, d'où l'idée de “Tour” .
De plus, nous est venue l'idée, avec le soutien de sa famille, de rendre hommage à Jimmy LAKHIA, Président fondateur du club Apnée 7 disparu en mai 2007 en essayant d'organiser un concours de la plus belle prise, le trophée Jimmy LAKHIA, remis en jeu chaque année.

L'envie de partager leur passion et d'inciter les pêcheurs sous marins à réduire l’effort de pêche sur les ressources du plateau insulaire fortement exploitées, sont à l'origine de ce projet.

En effet, la Guadeloupe présente une barrière de corail effondrée et un plateau restreint, ce qui entraîne une vulnérabilité certaine face aux différentes activités de pêche. La pêche sous marine, tradition locale, représente un de ces risques sur les gros reproducteurs qui échappent aux filets et autres casiers.

Tout poisson pélagique du large autorisé sauf la vieille 3 queues et le barracuda :
- wahoo, rostres, daurades, colas batard, thonidés, thazards blancs autorisés.
- 3 poissons max par espèce et maille à 3 kilos.
Pour bien rester dans l'esprit de cette rencontre amicale entre passionnés du bleu, et du facteur “chance” indissociable du BWH, il n'y aura pas de classement mais un tirage au sort des nombreux lots. Le lot principal sera, quant à lui, lui tiré au sort parmi les équipes ayant pêché au moins un poisson maillé.
Un repas sera organisé le soir sur la plage afin de se remémorer cette journée exceptionnelle.

L’année dernière, 5 marlins bleus ont été aperçus lors de cette journée par les 11 équipes engagées ainsi que de nombreux wahoo et mahi mahi. Les récits en furent savoureux….

François STEERS

Teak-Sea > Karukera Blue Tour

Teak-Sea > Karukera Blue Tour

Tags : , , ,